Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 18:44
Fête patronale de Cosne-d'Allier 1959

Fête patronale de Cosne-d'Allier 1959

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 22:04
Les affiches des Cycles Peugeot
Les affiches des Cycles Peugeot

L'historique des Cycles Peugeot et l'ensemble des affiches de cette firme sont en ligne sur : 

http://eurovelo6.e-monsite.com/pages/peugeot/affiches-de-cycles-peugeot.html

Partager cet article
Repost0
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 17:20

Montigny-le-Bretonneux, le 26 juin 2020

La Fédération Française de Cyclisme annonce un retour à la normale pour la pratique des activités cyclistes. Après avoir examiné les dispositions contenues dans le Décret n° 2020-759 du 21 juin 2020, modifiant le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire paru au Journal Officiel du 22 juin, la Fédération Française de Cyclisme constate, à date, que les activités cyclistes retrouvent des conditions normales de pratique. En effet, que cela soit en compétition ou en l’entraînement, sur la voie publique ou sur un site public ou privé, établissement couvert ou de plein air :

1. La règle des 10 personnes au maximum (pratiquants) à un même endroit de façon simultanée n’est plus applicable ;

2. La règle de distanciation interpersonnelle de 2 mètres pour les pratiquants n’est plus applicable pendant l’activité sportive. Bien évidemment, et dans le cadre des mesures nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19, l’encadrement de la pratique des activités cyclistes devra se faire dans le respect des mesures barrières et des protocoles sanitaires élaborés par la FFC. Pour tout complément d’information

– Contact FFC : assistancecovid@ffc.fr 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 22:30
Cycles André Sablière

Découvrez la page Facebook des Cycles André Sablière. Un grand couturier du cycle ... comme l'on disait à une autre époque.

https://www.facebook.com/pages/category/Amateur-Sports-Team/Cycles-Andr%C3%A9-Sabli%C3%A8re-Anecdotes-et-archives-112967548876463/

Partager cet article
Repost0
14 juin 2020 7 14 /06 /juin /2020 22:33
Faites connaissance avec Joseph Kerner
«Jo»Kerner un immense talent tombé dans l’oubli.

Alors que le cyclisme est comme  toute activité sportive, économique, culturelle et sociale, à l’arrêt pour cause de coronavirus, notre rédaction profitera de cette période de « vaches maigres » au niveau de l’actualité sportive pour revenir sur des moments d’histoire du cyclisme occitan.

 

 

A tout Seigneur tout honneur, le#magsport revient sur la carrière d’un immense talent du sport cycliste, tombé dans l’oubli.  Pour ceux qui  l’ont vu courir, il a laissé le souvenir d’un champion capable de grimper, de sprinter et de rouler. Certains dirent de lui qu’il avait tout pour réussir chez les professionnels, d’autres diront que sa fragilité psychologique l’empêchait de viser plus haut… La rédaction du magsport prend le parti pris d’affirmer qu’il est un des plus grands champions cycliste du Sud Ouest toutes générations confondues.

 
 
Joseph dit « Jo » Kerner est le né 16 mai 1946, sa carrière a débuté en 1962  pour prendre fin en septembre 1980 à l’age de 34 ans, lors d’une course nocturne qui se déroula à Carcassonne sa terre natale.
Ce soir là,  l’ex pro Dante Coccolo, (CV Montastruc) devance le bordelo-béglais Jean Jacques Rebière (sélectionné olympique de la poursuite) et Gérard Mercadié (ASPTT Montauban). Jo Kerner termine 6 ème dans la roue de Roland Smet (ex pro de 1974 à 1977) du CV Montastruc, mais devant le tarnais Patrick Mauriès (CV Montastruc) champion des Pyrénées en titre, et star montante du cyclisme régional.
 
Du  maillot jaune de l’AS Carcassonne…
 
A l’age de 10 ans Jo Kerner avait les yeux qui brillaient devant son poste de la TSF fin juillet 1956. Roger Walkowiak vient de remporter le Tour. Son choix est fait il deviendra coureur cycliste.
Sous le maillot de l’AS CArcassonne il commencera sa carrière en 1962, il portera le maillot de l’AS Carcassonne jusqu’en 1977.
Dès sa première course il remporte le Grand Prix de Narbonne et enchaînera ensuite 13 victoires pour sa première saison cycliste. Les succès s’accumuleront dans les catégories cadets, juniors et séniors. Carcassonne tient le successeur des Raphael Ramos, Pierre Campagnaro, Dante et Délio Soler.
Son premier succès de rang est une victoire dans la 7 ème étape du Tour du Sud Ouest en 1968.
En 1969, il renforce les rangs du SC Toulouse, dans lesquels on retrouve Gaffajoli, Roques  Drigo et participe à la Route de France dont il remporte la 9 ème étape (Vichy/Vichy). Toujours en 1969, il termine 3 ème du Tour des Landes derrière Claude Magni qui sera professionnel de 1973 à 1977 et Alain Bernard.
En 1970, il remporte le Grand Prix International de Grand Combes épreuve gardoise de référence.
En 1971, il s’adjuge la Route du Vin une épreuve cycliste courue dans le minervois et les corbières.
 
…En passant par de nombreux titres et sélections nationales…
 
Jo Kerner obtient trois  fois titres de Champion du Languedoc Roussillon en 1972, 1973 et 1975.
De 1973 à 1979, il est membre indiscutable et pièce maîtresse de l’équipe de France amateur sous la direction de Richard Marillier, l’homme fort du cyclisme français.
Pour sa dernière sélection tricolore, il participera aux Championnats du Monde du contre la montre par équipes à Nurburg (RFA)  en compagnie de l’occitan Bernard Lalanne, le centre valois Philippe Bodier, et l’aubois Pascal Simon.
 
-
 
En 1972, sous les couleurs de l’équipe Peugeot il termine 3 ème du Tour de l’Aude international (vainqueur Guy Sibille) après avoir remporté 2 étapes consécutivement, qui lui assureront le classement général du meilleur sprinter.
En 1973 sous le maillot de de l’équipe de France, il participe au Tour d’Algérie, au Tour de Yougoslavie, au Tour de Pologne (premier français) et au Tour de Suisse dont il enlèvera le contre la montre individuel.
Grand favori du Championnat de France qui se disputait à Dax (40),il est cinquième de l’épreuve remportée par l’occitan Hervé Florio  à la suite d’un sprint houleux avec le limousin Francis Duteil et le bordelais Alain Cigana.
Jo Kerner prendra une revanche éclatante quelques semaines plus tard au Grand Prix de Puy l’Evêque (46)  en devançant nettement le Champion de France alors licencié au Vélo Club de Saint Amans Valtoret dans le Tarn.
 
Toujours en 1973, il remporte le classement général final du Tour de Nouvelle-Calédonie devant le luxembourgeois Lucien Didier, qui deviendra ensuite , un des équipiers les plus appréciés du « Blaireau » dans l’équipe.....
 
Partager cet article
Repost0
14 juin 2020 7 14 /06 /juin /2020 16:02
Faites connaissance avec Jacques Lebreton

Cet article consacré à Jacques Lebreton vous est proposé par Patrick Dorkel " As du Cyclisme"  https://www.facebook.com/As-du-Cyclisme-

.

Jacques Lebreton

En se classant 19e du Tour de l’Avenir 2019 (3e Français), Jacques Lebreton (ECSaint-Etienne Loire) a montré tout le bien que l’on pensait de lui au plus haut niveau amateur international. C’est un coureur  en devenir qui apprend le métier. Souvent placé (6e Circuit des Mines 2018, 3e du Tour de la Vallée Montluçonnaise, 3e du Prix du Jura Nord, 4e du Tour du Charollais, 5e du Bédat 2020), il ne lui manque qu’une victoire qui provoquerait le déclic vers la marche supérieure. A 21 ans, Jacques Lebreton est un coureur sérieux dans son travail. Trop sérieux ? A lui de provoquer un peu plus le destin pour en décrocher une belle !

.
Jacques, présente-toi au public

Je suis né le 5 juin 1999 à Longjumeau (91). Je mesure 1m79 pour 62kg . 

Je vis dans le Jura, fils de « Chtis » avec des origines bretonnes d'où le nom (un bon mélange pour le vélo !!!) .

 Je viens de terminer mon DUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations) que j’ai fait en 3 ans grâce au statut de sportif de haut niveau. Et je suis en couple. 


 

 

Avec le maillot de l'AC Bisontine.

Avec le maillot de l'AC Bisontine.

Faites connaissance avec Jacques Lebreton


 

Date de ta 1ère licence, pourquoi le cyclisme ?

Ma première année de vélo date de 2013 à l’UC Morez (39). J’ai choisi de pratiquer le cyclisme car j’ai eu un gros coup de cœur lorsque le Tour de France est passé chez moi dans le Jura avec une arrivée à la station des Rousses. Je suis allé voir cet événement et j’ai compris que c’est ce que je voulais faire plus tard, ça a été un déclic. 

.
Parle-nous de tes premières courses, tes premiers bons résultats, tes clubs successifs, ton entraîneur…

J’ai commencé le vélo en minime 2. Je suis passé de l’UC Morez où je suis resté deux ans, puis au Jura Cyclisme pour une année. Ensuite j’ai été licencié trois ans à l’Amicale Cycliste Bisontine. Et depuis deux ans je suis membre de l’Espoir Cycliste Saint-Etienne Loire.

Mes premiers bons résultats sont arrivés dès ma première saison en 2013 en remportant 3 courses dont le championnat du Jura minime (oui c’est déjà très loin). J’ai d'abord eu mon père comme entraîneur, depuis  trois ans je travaille en collaboration avec Samuel Bellenoue. 

.
Quelles sont les plus belles courses disputées. Raconte-nous ton Tour de l’Avenir, que penses-tu des coureurs étrangers que tu as côtoyés ?

J’ai pu participer à 4 championnats de France dans les catégories plus jeunes. Mes premières courses internationales chez les juniors ont été la Classique des Alpes et le Tour du Valromey. Depuis, j’ai participé au Tour du Savoie Mont Blanc, à la Ronde de l’Isard et au Tour du Val d’Aoste qui sont de magnifiques épreuves. 

Le Tour de l’Avenir a été pour moi 10 jours de compétitions magiques ! Disputer une course avec un niveau aussi relevé et une aussi belle organisation m’a beaucoup marqué ! Parmi les coureurs étrangers que j’ai côtoyés, j’ai eu beaucoup de respect pour Jaakko Hanninen et ce qu’il a réalisé sportivement. C’est également quelqu’un de très humain avec qui j’aurais aimé faire une saison complète avec lui l’année dernière. Malheureusement sa chute au Rhône Alpes Isère Tour nous a privé de ce plaisir...

.
Quelle type de coureur es-tu ? Ta marge de progression ? Tes objectifs à plus long terme.

Je suis plutôt typé grimpeur mais j’affectionne également les "contre-la-montre" Depuis tout jeune j’essaie de progresser d’année en année sans brûler les étapes et je pense avoir encore une belle marge de progression devant moi. Aujourd’hui membre de l’Équipe de France , j'ai espoir de briller sur des Coupes du monde. Mon objectif  est de passer chez les professionnels. 

.

Pour avoir assisté à certaines de tes courses, tu cours parfois à contre-temps, manque de confiance en tes capacités ?

Il m’a fallu un peu de temps pour acquérir la force nécessaire des élites et prendre confiance sur le fait que je peux rivaliser avec les meilleurs. C’est ce qui m’a parfois pénalisé sur certaines courses en effet. J’ai néanmoins à ce jour beaucoup progressé.  Je ne suis pas attentiste, j’aime être actif en course. Je ne suis pas avare de mes efforts sans pour autant griller inutilement trop de cartouches.


 

 

Vainqueur de la 2ème étape du Rour du Pays d'Olliergues 2016

Vainqueur de la 2ème étape du Rour du Pays d'Olliergues 2016

 

Qui sont tes modèles au plus haut niveau ?

Je n’ai pas forcement de modèle, j’affectionne surtout les coureurs attaquants qui osent tenter des coups en course comme Thibaut Pinot, David Gaudu que j’ai eu la chance de rencontrer en course en Bretagne alors que j’étais encore cadet ou encore  Guillaume Martin qui sont de très bons grimpeurs

.
Comment s’est passé le confinement, comment vois-tu la reprise ?

Mon confinement s’est bien passé. J’avais encore les cours pour m’occuper l’esprit et j'ai effectué un  stage professionnel en télé-travail. Côté vélo , j'ai découvert et ai utilisé  la plateforme Zwift  rendant  les séances de home-trainer plus ludiques. J'ai même fait une course de six étapes, trop drôle lol, on se prend vraiment au jeu !

A présent, j’imagine une reprise en Août sur le modèle habituel mais avec des normes de sécurité très importantes... certainement moins de public sur le bord des routes pour commencer et malheureusement fini les bisous des charmantes hôtesses sur le podium !!!

.

As-tu des contacts avec des équipes pros après ce très bon Tour de l’Avenir?

Non,  je n’ai pas encore de contact avec des équipes professionnelles mais je compte et j’espère  bien que cette année sera une bonne année pour moi pour être repéré.

.

Pour terminer raconte-nous une ou deux anecdotes amusantes survenues en course ou à l’entraînement.

Sur ma première  course en minime alors qu’on ne me connaissait pas, on entendait à chaque tour crier : «  Allez Jacques, allez mon lapin !!! » Tout le peloton se regardait et demandait «  C'est qui Jacques le lapin ? » Et là je me faisais tout discret…. Il s’agissait des encouragements de ma mère !!!

Je vous rassure, aujourd'hui elle se contrôle mdr.



 

 

Meilleur grimpeur du Tour du Pays d'Olliergues 2017

Meilleur grimpeur du Tour du Pays d'Olliergues 2017

Partager cet article
Repost0
7 juin 2020 7 07 /06 /juin /2020 17:14
Anquetil au Vigorelli (préparation à la tentative du 25/06/1956)
Anquetil au Vigorelli (préparation à la tentative du 25/06/1956)

A suivre ...

Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 21:27
Affiche des années 50

Partager cet article
Repost0
2 juin 2020 2 02 /06 /juin /2020 17:41
Une veille de Bol d'or des Monédières

Partager cet article
Repost0
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 17:02

Source : Archives de la ville d'Angers :  http://archives.angers.fr/chroniques-historiques/les-chroniques-par-annees/octobre-2010-decembre-2019/la-premiere-course-cycliste/index.html

 

CHRONIQUE HISTORIQUE

par Sylvain Bertoldi, conservateur en chef des Archives d'Angers

 

Vivre à Angers n° 374, juin 2013

 

Angers est, avec Bordeaux et Grenoble, l’un des berceaux du cyclisme. Bertrand Soux, chef d’atelier de l’école des arts et métiers, construit en 1869 un vélocipède dont il se sert le dimanche. Son bicycle - aujourd’hui conservé au musée d’Angers – est à roues inégales en bois, cerclées d’une bande de fer. C’est le premier constructeur de cycles à Angers, avant Henri Trépreau (1892) et Potelune (1893). En novembre 1868, la première course de vélocipèdes se déroule lors des courses hippiques d'automne (1). Le 22 avril 1869, l’intrépide cavalier Jacques de Vezins, Paul de Chemellier et Baillergeau organisent une deuxième courses cycliste, toujours sur le modèle des courses de chevaux, au rond-point des Magnolias, actuelle place André-Leroy. Les concurrents n’ont pas de dossards, mais des casaques de couleur. Pour la quatrième course (gentlemen), la tenue de jockey est de rigueur.

Le rond-point des Magnolias, au-dessus des voies de chemin de fer, dénommé place André-Leroy en 1876, d’après la vue en ballon d’Angers, 1878. Archives municipales Angers, 1 Fi 1578.
 

La faveur du public est immédiate :

« Les courses de vélocipèdes qui ont lieu, indique le Journal de Maine-et-Loire du 23 avril, au rond-point des Magnolias, ont un succès qui dépasse tout ce que peut espérer la commission d’organisation elle-même. Dès une heure et demie, la foule se presse, compacte, aux entrées. » « Des tribunes sont élevées sur un des côtés de la place, ainsi que le long de la nouvelle route des Ponts-de-Cé [actuelle rue Rabelais], précise L’Ouest du 24 avril. Une foule énorme est venue de tous les points de la ville pour assister à ce spectacle tout nouveau pour le public angevin. […] On peut dire que tout Angers assiste à cette course. […] Désormais le vélocipède, contre lequel on a tant déblatéré, fait ses preuves, et peut, manié par d’habiles cavaliers [on remarque les termes empruntés au vocabulaire hippique], passer impunément au milieu d’une foule compacte, grâce aux perfectionnements apportés à sa construction, et qui le rendent aussi facile à manœuvrer qu’un cheval parfaitement dressé. […] Les deux principaux prix sont gagnés par M. Morel [Moret], délégué du Véloce-Club de Paris, déjà vainqueur à Londres, il y a un mois, dans la grande course internationale. »

En-tête du Véloce-Club d’Angers, 9 mars 1883. Archives municipales Angers, 1 I 746.
 

Quelques années s’écoulent jusqu’à la fondation, en 1875, du Véloce-Club d’Angers, sous l’impulsion, en particulier, de chefs d’atelier de l’école des arts et métiers, s’intéressant au perfectionnement de ce nouveau moyen de locomotion. Le club inaugure le 4 juillet sa première réunion de courses, allée du Mail (avenue Jeanne-d’Arc). L’événement est salué par la presse avec enthousiasme : « La longue allée du Mail a servi d’hippodrome aux vélocipèdes. Les coureurs, juchés sur les hauts et rapides véhicules, avaient un aspect fantastique ! » (Revue de l’Anjou). L’influence du club est considérable : ceux de Bordeaux (1877) et du Mans (1882), par exemple, sont créés par des Angevins.

Courses du Véloce-Club d’Angers au jardin du Mail, début XXe siècle. Archives municipales Angers, 4 Fi 1254.
 

En 1876 est créé le Concours international, baptisé Grand Prix d’Angers en 1901 et considéré comme l’une des plus importantes courses de vitesse du calendrier sportif cycliste jusqu’en 1940. La première course sur route disputée en Anjou a lieu le 7 juin 1876, sur un parcours Angers-Tours-Angers, soit 220 km. C’était encore une nouveauté, ce type de course ayant été inauguré en 1869, sur le trajet Paris-Rouen. Toutes ces compétitions font d’Angers, comme l’écrit en 1880 L. Mertens, journaliste parisien spécialiste du nouveau sport, « la véritable capitale du cyclisme en France » (La Vie au grand air).

Quoi d’étonnant à ce que l’Anjou ait produit de nombreux champions, Angevins d’origine ou d’adoption, bien oubliés aujourd’hui, tels Louis Cottereau, Ferdinand Charron, Georges Laulan, Henri Béconnais… Quoi d’étonnant aussi à ce que l’industrie cycliste ait été si florissante à Angers dès les années 1880, avec Quenion, Rivain, Gaultier, Brice, Malinge, Goujon… ? N’est-ce pas d’ailleurs l’Angevin Pierre Giffard qui a donné à la bicyclette son surnom de « petite reine » en 1891 ?

(1) - Recherches de Frédéric Nibart, pour son ouvrage Angers et l'innovation.

Publicité du constructeur L. Sarrazin dans Angers Artiste, n° 2, 13 octobre 1888. Archives municipales Angers, 61 PER.
Bicyclette sans chaîne inventée par Trépreau, professeur à l’école des Arts et Métiers d’Angers, publicité dans l’Écho cycliste de l’Anjou et des départements de l’Ouest, 9e année, n° 7. Archives municipales Angers, varia 611.
Publicité de Brébant-Durget, fabrique de vêtements en jersey pour sportifs, fournisseur du Véloce-Club d’Angers, dans Écho d’Anjou, 19-26 novembre 1896. Archives municipales Angers, Varia 1296.
 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du cyclisme en Auvergne Limousin
  • : - Tous les résultats des épreuves disputées en Auvergne, Limousin, Languedoc-Roussillon et région P.A.C.A. ainsi que les courses de Six Jours et de demi-fond.
  • Contact

Recherche

Pages