Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 11:34

LAJOIE--Noel.jpg   Noël Lajoie, grande figure du cyclisme auvergnat du début des années cinquante, vient de

s'éteindre, à l'âge de 86 ans.

    Durant une dizaine d'années, Noël Lajoie a marqué de son empreinte le vélo auvergnat où

il connut une carrière amateur riche et glorieuse. Il avait débuté très jeune (en 1945 à l'UC

Clermontoise) et, très vite, s'était fait remarquer entre-autres par l'entremise du Premier Pas

Dunlop régional. C'est d'ailleurs sa victoire dans la finale nationale du Dunlop 1945

(Championnat de France des débutants) qui le fit connaître au grand public.Professionnel de 

1950 à 1954, il participa au Tour de France en 1950 et 1952, au Critérium du Dauphiné Libéré,

au Grand Prix du Midi-Libre, au Tour de l'Ouest, au Tour du Sud-Est et s'illustra aux côtés des

plus grands de l'époque.  

   Ses obsèques seront célébrées jeudi 28 août, à 15 heures, en l'église Jésus-Ouvrier, rue

Viviani à Clermont-Ferrand.

 

   Le décès de Noël Lajoie est survenu une quinzaine de jours après la disparition de son fils Paul.

 

 

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 20:41

Une fois les fleurs de sa jeunesse fanées, redevenu anonyme, il n'avait pas cherché à garder le contact avec le milieu cycliste. Pourtant à sa belle époque il fit courir les médias et déplacer les foules. On ne revit qu'une seule et unique fois Christian dans le milieu, quand il honora de sa présence l'invitation reçue pour l'inauguration du Vélodrome de Bordeaux. Né le 25 octobre 1943 à Castillon-de-Castets, il débute en cadet en 1959, pour mettre un terme à sa carrière fin 1969. Durant cette décennie il porta les couleurs des clubs de : VC Réolais de 1959 à 1962, ACBB de 1963 à 1966, CC Bordelais en 1967, VC Langonais de 1968 à 1969. Athlète splendide de 1.87 m pour 78 kg, puissant et très élégant en machine il éclate sur route dès 1961, où il claque dix victoires sur route. Parti disputer le Grand Prix de France chrono à Macon en 1962, et bien qu'il soit loin d'y réaliser une performance ce jour-là, par son style il subjugue Mickey Wiegant qui lui demande de monter à Paris dès le lendemain. A l'issue de l'entretien, il signera un contrat à l'ACBB. Aussitôt enrôlé à l'INS, il tombe sous la coupe de Toto Gérardin. Suite aux judicieux conseils de ce dernier, et à une classe qui éclabousse, il devient quasi imbattable sur les pistes parisiennes. Incorporé dans l'équipe de poursuite qui doit représenter la France au Mondial de Milan en 1962, il est frappé par un grand malheur à la veille de partir pour l'Italie. Son frère jumeau, François Cuch, se noie dans les eaux de la Garonne au cours d'une partie de pêche, le lendemain de sa victoire à Pessac. Le coup est terrible la blessure jamais ne cicatrisera dans la vie de Christian. En souvenir du frère il part pour Milan, avec ses trois coéquipiers D. Morelon (qui a commencé en poursuite) J. Suire et J. Kotwas ces quatre garçons qui sont les plus jeunes du tournoi (75 ans à eux quatre) accèdent aux quarts de finale où ils sont éliminés par les Allemands de l'Ouest, futurs champions du monde. Tout au long des épreuves, Christian Cuch se révèle comme le moteur du groupe, Gérardin toujours sous le charme, le réserve déjà pour les JO de Tokyo de 1964. En 1963, il remporte ses premiers titres de Champion de France des sociétés sur route avec l'ACBB ses coéquipiers sont : J.Arze, M. Bocquillon, M. Béchet, A. Vera, et de poursuite des sociétés sur piste avec J. Arze, D. Letort, A. Vera, puis il sort vainqueur avec l'Ile-de-France du test olympique chrono couru sur 84 km, ses compagnons sont cette fois ci R. Pingeon, D. Letort, R. Milliot. Sa plus belle performance reste cette année-là sa Médaille d'Or de la poursuite individuelle des Jeux Méditerranéens à Naples. Aux mondiaux de Rocourt qui suivent, avec l'équipe de France de poursuite il échoue au pied du podium. En 1964 accompagné de : J. Paré, J. Sadot, J. Suire il décroche son second titre de Champion de France de poursuite des sociétés sur piste. Il fonde alors de gros espoirs sur les JO de Tokyo, un peu avant les jeux il remporte la 1ère coupe préolympique sur piste avec la sélection d'Ile-de-France composée de : D. Fix, D. Morelon, C. Prudhomme, J. Suire, P. Trentin.

Son but suprême, les JO de Tokyo...
Mais, arrivé au Japon, c'est la pleine saison des pluies, Christian ne va jamais s'adapter à une humidité de l'air qui atteint des sommets. Il craque dès les séries, entrainant l'équipe de France avec lui dans l'échec. Lui, le poumon de cette équipe, a failli. Gérardin ne lui pardonnera pas, il ne sera plus jamais retenu en sélection nationale. Il n'a pourtant que... 21 ans. A partir de 1965, il va peu à peu délaisser la piste et revenir plus assidument à ses premiers amours, la route. Il devient Champion d'Ile-de-France individuel sur route en dominant tous les parisiens "une jambe attachée au cadre" (sic). Il s'octroie un nouveau sacre national des sociétés sur route chrono avec ses copains de l'ACBB : R. Colin, C. Grosskost, R. Lebreton, J. Sadot. Contacté pour passer professionnel en fin de saison chez Peugeot, en homme au caractère bien trempé, il refuse net car il ne veut pas faire le porteur de bidons ! Revenu au bercail en 1967 sous les couleurs du Cyclo Club Bordelais, et bien qu'il ne soit âgé que de 23 ans, l'ère Cuch est passée. La gloire, la plus capricieuse de toutes les maitresses ne veut plus de lui, elle vient de le rejeter. Il va pourtant insister quelques années encore. En 1969, pour son ultime saison, il décroche un contrat chez De Gribaldy avec ses vieux complices J. Paré, J. Suire, P. Beuffeuil et J. Jourden. Il va ensuite courir en UFOLEP, puis en vétéran. Installé artisan peintre en bâtiment, il va gérer sa petite entreprise pendant 18 ans. Jusqu'au jour où la maladie va s'abattre sur l'homme, devenu gros fumeur il se trouve atteint d'un cancer à la gorge. Opéré, grâce à sa robuste constitution à son courage énorme et à sa douce compagne, il lui résistera pendant une vingtaine d'années, hélas la maladie incurable vient d'avoir raison de lui. Hommage et pensées pour toi champion.

Ses principales victoires dans la région : Tour du Blayais 1962, nocturne de La Réole, Montastruc Fauillet, Montignac-Vauclaire en 64, les espoirs chrono à La Réole, Grenade, Réaux-Vélines, Villamblard, en 1966, Villeneuve de Marsan, St. Céré, Talence en 1967, Grenade, Verdille, nocturne de Langon, Hossegor en 1968, nocturne de Langon, l'Eguille, Fleurance, Barie (PrixF. Cuch), Cahors 1969.

Gérard Descoubès

 

Source : http://www.memoire-du-cyclisme.eu/

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 20:38

  Fils de Noêl Lajoie, l'ancien professionnel clermontois champion de France des débutants

en 1945, Paul Lajoie vient de décéder à l'âge de soixante-sept ans. Ses obsèques ont été

célébrées lundi 11 août.

  Paul Lajoie avait débuté sa carrière sportive en pratiquant le rugby à l'AS Montferrand. Ce

n'est qu'a la fin des années soixante-dix qu'il se dirigea vers le sport cycliste en prenant une

licence au Vélo Club Riomois. A son palmarès figure une victoire au Grand Prix de Malintrat

en 1981.

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 09:41

      Le cyclisme poitevin est une nouvelle fois en état de choc, après la mort, dimanche dernier,

à l'âge de cinquante-quatre ans, de Thierry Barrault, qui intervient trois jours après le décés de

Jean-Louis Gauthier.

      Frappé par un AVC, Thierry Barrault avait notamment remporté la classique Paris-Beaugency

en 1981, le Prix des Marbriers à Bellignies en 1982, le Grand Prix de L'EQUIPE en 1983. avant de

passer professionnel pour les saisons 1984, 1985 et 1986.

      Redevenu amateur en 1987 sous les couleurs de l'AC Boulogne-Billancourt, il s'était imposé

sur le Circuit Boussaquin 1990.

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 17:49

  Dernier représentant d'une lignée de champions, Christian Lapébie vient de séteindre à

La Rochelle où il était installé depuis une quarantaine d'années. Il avait été le patron de la

brasserie "Chez Lapébie" installée quai Duperré.

  Christian Lapébie était né à Paris le 13 octobre 1937. Professionnel chez Mercier en 1960,

son père était Roger Lapébie, vainqueur du Tour 1937.

   Ses obsèques seront célébrées demain mardi 3 juin en la cathédrale de La Rochelle.

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:44

Terruzzi   Le cyclisme italien est en deuil. Ferdinando Terruzzi est mort mercredi, à quatre-vingt-dix ans, et avec lui

c'est un grand pistard des années cinquante / soixante qui s'éteint. Professionnel de 1949 à 1967,

ce Milanais s'était illustré sur les pistes du monde entier.

Voici un mince extrait de son palmarès

1948 : Champion Olympique en tandem  (avec Perona)

1967 : vainqueur du Critérium d'Europe d'américaine  (avec Réginald Arnold)

23 victoires dans les Six Jours dont ceux de Paris en 1957 et 1958 (avec Anquetil et Darrigade)

- Au début des années soixante il s'était produit sur les pistes de Lurcy-Lévis et de Vichy.

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 08:23

     L'ancien coureur cycliste des années 40, Félix Adriano, qui fut notamment  très présent sur

les routes d'Auvergne et du Limousin, est décédé vendredi dernier à l'âge de quatre-vingt-

quatorze ans.  

     Les anciens et les amateurs d'archives se souviendront de ses belles prestations sur les

routes du Circuit des Villes d'Eaux, du Circuit du Puy Mary ou encore de ses victoires au

Circuit Boussaquin 1947, à Egletons et à Trizac en 1949.  

     Professionnel de 1944 à 1952, Félix Adriano était né en Italie le 6 mars 1920 puis

naturalisé français le 7 octobre 1947.  

     A cette occasion, je vous invite à consulter l'excellent article que lui a consacré Gérard

Descoubes sur http://www.sudgirondecyclisme.fr  

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 21:50

   C'est Patrick Bulidon qui vient d'annoncer la triste nouvelle : Jean Chappat est décédé.

   Ceux qui le connaissaient depuis la fin des années cinquante, c'est à dire ses anciens

compagnons de route qui l'avaient rencontré ces derniers mois savaient qu'il lui restait peu

d'espoir. En effet Jean Chappat ," Gustou " pour ses amis, ne pouvait plus combattre contre

la maladie qui le minait depuis quelque temps déjà, lui qui avait manifesté tout au long de sa

carrière un merveilleux tempérament de lutteur.

   Jean Chappat a accompli toute sa carrière sous les couleurs du Cycle Olympique

Chamaliérois. C'est dans les sous-bois et les labours qu'il a construit l'essentiel de son

palmarès. Quatre fois vice-champion d'Auvergne de cyclo-cross derrière Maurice Gandolfo.

Il lui a fallu attendre la retraite de ce dernier pour s'emparer du titre régional. C'était en

janvier 1967.

Quelques lignes de son palmarès

Cyclo-cross

12ème du Championnat de France 1961

Championnats d'Auvergne

1er en 1967 ; 2ème en 1961, 1963, 1965 et 1966 ; 3ème en 1962

1959 : 1er à Saint-Pourçain , 3ème du "Ducreuzet"

1960/1961 : 1er du " Ducreuzet ", 1er à Aubière, à Malintrat, à Cournon,à Perrier et à La Combelle

1961/1962 : 1er à Brives-Charensac, à Malintrat - 2ème à Gerzat et à Perrier

1962/1963 : 1er au Broc, à Saint-Maurice-ès-Allier et à Malintrat

1963/1964 : 1er à Neschers - 2ème à La Combelle - 3ème à Billom et à Nevers

1964/1965 : 1er à Billom, à Aydat, à La Combelle et à Yssingeaux - 2ème à Maurs

1965/1966 : 1er à Beauzac, à Boën-sur-Lignon - 2ème à Vicq-sur-Nahon et à Perrier

1966/1967 : 1er à Perrier

Route

1958 : 1er à Rochefort-Montagne

1959 : 1er à Saurier

1960 : 1er Prix de a fête à Chamalières, à Saignes et à Champeix

1961 : 1er à Bellegarde-en-Marche


 

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 08:53

   Gérard Billot, notamment vainqueur du championnat d'Auvergne cadets en 1964, vient de nous quitter. Gérard Billot, également vainqueur d'une quinzaine d'épreuves chez les cadets entre 1964 et 1966 portait les couleurs de l'Amicale Cycliste Clermontoise. A ses débuts, en 1964, ses principaux adversaires se nommaient : Claude Aiguesparses, Mariano Martinez, Daniel Extrat, Jean-Claude Baud, Alain Skobe et Daniel Michel.

   Devenu hôtelier, il dirigea l'hôtel Villa André à Chamalières.

   Ses obsèques civiles seront célébrées demain vendredi 7 février, à 14h 30, au cimetière de Royat.

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 11:45

   L'ancien coureur cycliste Angelo Menon est mort vendredi à Montpellier, à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans.Né en Italie le 29 octobre 1919, Angelo Menon courut souvent en France et même en Auvergne. Il y gagna la 1ère étape du Tour du Cantal 1947, les 3 heures d'Aurillac 1949 où encore le Prix du Rouergue à Aubin 1949 et le Grand Prix de Mende 1951.

Il termina également 4ème du Circuit du Morbihan 1950, 2ème du Tour d'Algérie 1950 (8ème en 1951+ 2 étapes), 5ème du Tour du Maroc 1951 (+ 2 étapes), 4ème de Milan-San-Remo 1951, 10ème du Giro 1947, 12ème en 1948, 

    Ses obsèques seront célébrées lundi en l'église de Saint-Georges d'Orques (34)

Repost 0
Published by - dans Carnet
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du cyclisme en Auvergne Limousin
  • : - Tous les résultats des épreuves disputées en Auvergne, Limousin, Languedoc-Roussillon et région P.A.C.A. ainsi que les courses de Six Jours et de demi-fond.
  • Contact

Recherche

Pages